Algérie: que veut donc le général Gaied salah?

Nous posons cette question du fait que tout le paysage médiatique du pays est dominé par sa présence quasi quotidienne ou encore par l’image qu’il efforce de propager en tant qu’ultime protecteur de la nation contre tous les dangers , en quelque sorte un superman .

Qu’est – ce qu’il veut au juste ?

Normalement , un officier général , ça travaille discrètement d’autant plus qu’il dirige l’armée connue pour être la « muette » !

En effet ,l’homme étant chef de l’armée populaire de libération , septuagénaire ,ancien sous officier (adjudant) de l’armée française , ne cesse d’organiser des manœuvres militaires interarmées sous des appellations provocantes et inappropriées telle « iktissah » çàd envahissement , avec intention offensive orientées aussi bien vers le voisin marocain que vers l’autre voisin libyen et ce en étalant tout son arsenal .

Son alibi à cet effet repose sur la lutte contre le terrorisme mais il a oublié ou plutôt sciemment omis que pour contrer cette menace dite asymétrique , le déploiement classique des armées n’est pas opportun voire inefficace au vu de ce qui se passe en Syrie !

En outre il a éliminé dans des conditions obscures ,la fameuse DRS et a repris toutes ses prérogatives notamment en matière de renseignement antiterroriste et l’a mise sous tutelle de l’armée , sachant que cette institution a rendu de louables services à la nation et a contribué à sa sécurisation durant la décennie noire des 90′.

Il s’est imposé en tant que garant unique de la stabilité du pays ce qui a entraîné plusieurs réactions et a suscité une certaine inquiétude auprès du clan du puissant frère de bouteflika , qui a sévi par le limogeage de plusieurs officiers supérieurs réputés proche de lui !

Cet important pays du Maghreb connaît une certaine ébullition sur le plan politique du fait d’une probable candidature pour un 5éme mandat du président malade Bouteflika .

En effet, ce général a bel et bien des ambitions présidentielles et veut se montrer actuellement comme « l’homme fort » d’une Algérie sans réel maître à bord en se posant comme le « digne successeur » du Président Abdelaziz Bouteflika, sans capacité de motricité depuis qu’il a été diagnostiqué, en 2013 à Paris, d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

Aussi ,Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France en Algérie (2006-2008) et surtout ex-patron de la DGSE (2013-2017) , reste très proche de la présidence française et lui effectuerait même des missions officieuses a déclaré récemment au journal le Figaro ,sans mâcher ses mots ou avoir de l’égard à un quelconque devoir de réserve :

« le président Bouteflika, avec tout le respect que j’éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *