Libye : haftar prendrait le pouvoir tôt ou tard !

Voilà pourquoi nous pensons que le maréchal hafter est entrain d’asseoir sa tactique visant à mettre la capitale tripoli en tenailles et par conséquent imposer le partage du pouvoir que ce soit par le biais des prochaines élections ou éventuellement par la force .

En effet , sous couvert de la libération du chaotique sud des terroristes et avec l’appui des yankees , des français , des émiratis et égyptiens, il a bien calculé et choisi le timing et ordonné à ses troupes de s’y déployer et d’achever son opération de mise en main des champs pétroliers et à fortiori obliger les puissances étrangères bénéficiaires à composer avec lui dont notamment l’Italie qui soutient le gouvernement de tripoli .

Aussi , il a créé une nouvelle base militaire au centre de pays qui servirait en tant que point de jonction et départ vers l’ouest hostile à ses troupes.

Hafter profite de l’épuisement des Libyens qui cherchent désespérément de l’électricité, du carburant et du peu d’argent dans un pays qui jouissait autrefois des niveaux de vie les plus élevés de la région.

Pour beaucoup, en particulier dans l’est, Hafter est la seule personne capable de mettre fin aux combats de nombreux groupes dont les noms changent constamment.

Selon nos sources, le principal obstacle à Hafter est la ville de Misurata, dans l’ouest du pays, où des troupes peuvent rivaliser, au moins en partie, avec les troupes de l’Armée nationale libyenne sur le terrain. La ville est connue pour sa résistance aux symboles de l’ancien régime. Cet esprit a émergé en 2011 lorsque les forces de Kadhafi l’ont assiégée pendant trois mois.

Certaines communautés de l’ouest de la Libye ont affirmé leur soutien à l’armée nationale libyenne.

L’armée nationale affirme avoir 85 000 combattants, y compris des soldats recevant des salaires du gouvernement central. Des sources de l’armée nationale libyenne affirment que les forces du « saayika, la force d’élite dans ses rangs, comprennent environ 3 500 combattants, tandis que les fils de Hafar dirigent également des forces bien équipées.

Selon des diplomates, l’armée nationale libyenne regroupe principalement des soldats de Kadhafi moins formés, des membres des tribus et des salafistes, ainsi que des combattants soudanais et tchadiens. L’armée nationale libyenne le nie.