Tunisie : Est-il venu le temps pour dégripper la lutte contre le terrorisme ? Par #FATHIAOUADI

Le mois saint nous rappelle des moments très difficiles qu’a connus notre pays ces dernières années du fait d’attentats terroristes sanguinaires ayant visé à plusieurs reprises nos soldats et sécuritaires notamment dans la région du mont Chaambi et dans les chaînes montagneuses de Ouergha, Jendouba etc.

À l’heure d’aujourd’hui le même groupe terroriste persiste et ses membres continuent à sévir dans lesdites régions et ce en dépit de quelques opérations ponctuelles accomplies majoritairement par les unités spéciales de la garde nationale et parfois par les militaires.

Ces actions bien qu’elles aient réussi à éliminer certains terroristes, restent limitées car elles sont en général basées sur des infos récoltées lors d’interrogatoires de complices ayant été arrêtées.

Le suivi de la menace terroriste démontre que la machine est grippée et que l’absence d’un processus efficace et assurant tarde à venir essentiellement du fait que l’appareil sécuritaire n’est pas sécurisé lui-même pour accomplir ce type de missions d’où la récupération de cet argument par ses syndicats pour faire pression sur l’état qui se trouve bloqué et n’est pas en mesure de trancher.

Ceci est avéré lors de l’audition du ministre de l’intérieur, ce vendredi 18 mai 2018, par la commission de la législation générale de l’ARP sur l’amendement de la loi sur la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent,il a en effet déclaré que les menaces terroristes contre la Tunisie existent toujours !

Lors de la séance d’écoute de la Commission de la Sécurité et de la Défense du 12 février 2018, le ministre de la défense a déclaré que la menace terroriste est bel et bien encore présente en Tunisie et viserait les forces de l’armée et a signalé des opérations terroristes visant les institutions de sécurité et militaire avec rapports à l’appui.

Nos partis et politiciens sont aux abonnés absents et actent en acceptant tacitement la présence de facto de cette menace et cohabitent désormais avec elle !

Les habitants des régions dites vivier du terreau terroristes cachent leur jeu et une minorité parmi eux soutient directement et travaille malheureusement pour eux sous différentes formes que ce soit logistique, humaine ou encore dans le domaine du renseignement.

Il est malheureux de souligner la maîtrise de ces malfrats en matière d’élaboration de réseaux de renseignements et la réadaptation aux situations et à fortiori il semblerait hélas qu’ils l’emportent sur nos forces aussi bien militaires que sécuritaires du fait qu’ils continuent à exister.

Il est venu le temps de soutenir la proposition du MI, portant sur l’amendement de la loi de lutte contre le terrorisme, sur la récompense financière et la protection totale des dénonciateurs et informateurs de délits ou crimes terroristes.

Cette mesure est appliquée partout dans le monde  et s’est avérée fructueuse  tel le programme US « Rewards for Justice »

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *